Devenir rentier immobilier : mode et fonctionnement

Devenir rentier immobilier : mode et fonctionnement

Voilà des décennies que l’immobilier attire davantage de gens. En plus de la garantie accordée par la pierre, l’investissement immobilier présente d’autres avantages, surtout en termes de cashflow. Cet article dévoile le mode et le fonctionnement du métier de rentier immobilier.

Quid du concept de rentier immobilier ?

Par définition, un rentier est une personne qui ne travaille pas, mais vit uniquement de ses rentes. Le rentier immobilier est donc quelqu’un qui gagne de l’argent sans travailler dans un bureau. Il s’agit de placer un capital de départ dans des biens immobiliers comme les maisons, les immeubles, etc. Le terme « sans travailler » ne signifie pas pour autant « ne rien faire », car devenir rentier immobilier nécessite des efforts et des sacrifices. Tout le monde peut en effet devenir rentier immobilier, avec un travail stable et des revenus réguliers. Il suffit d’avoir un fonds d’investissement et d’acquérir des biens immobiliers pour ensuite les louer, et plus tard, récolter des loyers mensuels. Aujourd’hui, grâce à l’investissement immobilier, il est tout à fait possible de gagner une somme considérable, sans avoir à travailler toute la journée. Il convient toutefois de savoir que devenir rentier immobilier présente des risques financiers. Car si l’investisseur ne sait pas gérer ses affaires, il risque de perdre une somme conséquente au lieu d’en gagner. Il faut également noter que le capital de départ devrait être important pour pouvoir investir efficacement.

L’emprunt bancaire est une solution pour ceux qui n’ont pas de capital de départ

Étant donné que l’immobilier est tangible, les banques n’ont pas peur d’accorder un prêt à une personne souhaitant devenir rentier immobilier. Elles peuvent même fournir une somme d’argent conséquente pour les personnes ayant des revenus réguliers. Afin de devenir un rentier performant sans capital de départ, il faut apprendre le métier pendant 6 mois pour mettre en place des stratégies efficaces. L’investisseur doit aussi prendre en compte toutes les dépenses — frais de dossiers, frais de notaire, garanties indispensables à l’emprunt et bien d’autres — avant de se lancer. À savoir que ce ne sont pas toutes les banques qui acceptent de financer l’acquisition d’un bien immobilier à louer. Il faut donc faire preuve de persévérance et savoir argumenter pour espérer obtenir son prêt. Deux types de crédit sont à cet effet à la disposition des porteurs de projet : le crédit foncier et le crédit immobilier de France. Il s’agit de deux crédits immobiliers particulièrement intéressants pour les personnes désireuses de devenir rentier immobilier. Des banques spécialisées en prêts sans apports sont même visibles dans l’Hexagone. Ce sont principalement la BNP Paribas, la Caisse d’épargne ainsi que le Crédit Agricole. Il faut aussi savoir que certaines entreprises en ligne proposent un prêt à 110 %. En un mot, il faut concevoir en amont un business plan efficace pour convaincre les banques d’accepter une demande de financement, et ainsi, acquérir son premier bien en tant que rentier immobilier.